Escapade en Italie

L'été dernier, La Médi@thèque Numérique vous avait proposé un panorama des films de vacances. Cette année, nous avons cassé notre tirelire pour vous offrir un voyage en Italie en seize destinations comme autant de films et aussi quelques bons conseils de vacances au passage. 

Nouveaux talents au paradis des cinéphiles 

Par son originalité et l'audience internationale qu'il a obtenue, le cinéma italien occupe une place de premier plan dans l'histoire du septième art. L'italie d'après-guerre invente le néoréalisme puis les réalisations de nombreux créateurs des années 1960 (Fellini, Visconti, Rossellini, Pasolini...) voisinent avec les films de comédie, la comédie italienne devenant un genre en soi. La période récente est plus difficile pour le cinéma transalpin malgré l'apparition de nouveaux talents tel Manni Moretti, Mattéo Garrone, Emma dante, Leonardo Di Costanzo, Francesca Commencini...

Nous vous proposons un parcours en seize films au paradis des cinéphiles, entre patrimoine et cinéma d'aujourd'hui.

Habemus Papam

De Nanni Moretti

1h40min39

Après la mort du Pape, le Conclave se réunit afin d’élire son successeur. Plusieurs votes sont nécessaires avant que ne s’élève la fumée blanche. Enfin, un cardinal est élu ! Mais les fidèles massés sur la place Saint-Pierre attendent en vain l’apparition au balcon du nouveau souverain pontife. Ce dernier ne semble pas prêt à supporter le poids d’une telle responsabilité. Angoisse ? Dépression ? Peur de ne pas se sentir à la hauteur ? Le monde entier est bientôt en proie à l’inquiétude tandis qu’au Vatican, on cherche des solutions pour surmonter la crise…

Le caïman Il caimano

De Nanni Moretti

1h48min19

Producteur en faillite professionnelle et sentimentale, Bruno Bonomo, ayant beaucoup lutté contre la "dictature" du cinéma d'auteur avec ses films de série Z, n'arrive pas à financer une nouvelle superproduction fauchée, "Le Retour de Christophe Colomb". Empêtré dans ses dettes, ses faiblesses, son mariage en fin de course, ses enfants sans repères, Bruno perd pied. Son chemin va croiser celui d'une jeune réalisatrice qui lui apporte un scénario, "Le Caïman". Il s'aperçoit bientôt qu'il s'agit d'une biographie de Berlusconi. Il doit monter l'affaire, trouver l'acteur principal tout en essayant de recoller les morceaux de son couple. Commence alors à naître en lui un nouvel élan vital : celui de l'affirmation de sa dignité. Comme par enchantement, ce faiseur de navets va se battre avec pour seules armes les convictions d'une cinéaste débutante et ses ultimes biens matériels.

L'Intervallo

De Leonardo Di Costanzo

1h23min05

Dans un immense bâtiment désaffecté d’un quartier populaire de Naples, Salvatore, un adolescent timide et mal dans sa peau, est contraint par des boss de la Camorra de surveiller Veronica, une jeune fille effrontée. Il ignore totalement les raisons de cette détention. Au cours de la journée, la relation entre les deux adolescents évolue et une certaine complicité s’instaure. Veronica entraîne Salvatore dans l’exploration de leur vaste prison, comme pour éviter de penser au sort qui les attend.

Gomorra

De Matteo Garrone

2h11min22

"On ne partage pas un empire d'une poignée de main, on le découpe au couteau." Cet empire, c'est Naples et la Campanie. Gomorrhe aux mains de la Camorra. Là-bas, une seule loi : la violence. Un seul langage : les armes. Un seul rêve : le pouvoir. Une seule ivresse : le sang. Nous assistons à quelques jours de la vie des habitants de ce monde impitoyable. Sur fond de guerres de clans et de trafics en tous genres, Gomorra raconte les destins croisés de : Toto, Don Ciro et Maria, Franco et Roberto, Pasquale, Marco et Ciro. Cette fresque brutale et violente décrit avec une incroyable précision les cercles infernaux de la Camorra napolitaine pour mieux nous y entraîner.

Palerme Via Castellana Bandiera

Emma Dante

1h29min11

Un dimanche d’été. Le sirocco souffle sans relâche sur Palerme quand Rosa et Clara, en route pour célébrer le mariage d’une amie, se perdent dans la ville et débouchent dans une ruelle étroite : Via Castellana Bandiera. Au même moment, une autre voiture conduite par Samira, dans laquelle est entassée la famille Calafiore, emprunte la même ruelle dans le sens opposé. 
Ni Rosa ni Samira, vieille femme têtue, n’ont l’intention de faire marche arrière. 
Enfermées dans leurs voitures, les deux femmes s’affrontent dans un duel silencieux, le regard plein de haine, sans boire ni manger, sans dormir jusqu’au lendemain. Plus obstinées que le soleil de Palerme et plus dur que la férocité des hommes autour d’elles. Puisque, comme dans tout duel, c’est une question de vie ou de mort...

La Pecora nera

De Ascanio Celestini

1h33min28

Nicola a 35 ans, il est né dans les années 60, "les fabuleuses années 60". Depuis toutes ces années, il vit dans un asile tenu par des religieuses. Le monde qu'il y perçoit n'est pas très différent de la réalité à l'extérieur. Dans son cerveau disloqué, la réalité et la fiction entrent en collision et génèrent des illuminations imprévisibles.

Accattone

De Pier Paolo Pasolini

1h51min54

Dans les faubourgs de Rome, Accattone, souteneur de son état, vient de perdre Maddalena, celle qui, pour lui, se livrait à la prostitution.
Stella, sa nouvelle protégée, va bouleverser sa vie...

Dernier Amour Primo amore

De Dino Risi

1h50min58

Ex-gloire de la comédie, Picchio tombe amoureux de Renata, jeune infirmière de la Villa Serena, la maison de retraite pour anciens acteurs de théâtre dans laquelle il vient d'arriver. Il décide de la suivre à Rome, pour vivre la première aventure amoureuse de sa retraite.

Carmen

De Francesco Rosi

2h32min25

A Séville, Carmen séduit le brigadier Don José, qui se fait déserteur pour la rejoindre. Mais la belle gitane s'éprend du torero Escamillo, pour le plus grand désespoir de Don José.

Le Jardin des Finzi-Contini Il Giardino dei Finzi-Contini

De Vittorio De Sica

1h30min10

Italie, 1938. Ayant entrepris depuis peu de se convertir à l'antisémitisme, le régime fasciste multiplie les mesures vexatoires contre les Juifs italiens.

Mais la famille Finzi-Contini, pilier de l'aristocratie de Ferrare depuis des générations, ne croit pas à l'imminence de la menace.

Les deux enfants adultes, Micól et Alberto, aiment bien donner des parties et jouer au tennis dans l'immense parc qui entoure le palazzo familial.

Comme les clubs sportifs viennent d'être interdits aux Juifs, des jeunes gens de milieux plus modestes sont désormais invités à jouer dans le jardin des Finzi-Contini.

C'est ainsi que Giorgio a l'occasion de rencontrer la lointaine Micól et tombe peu à peu amoureux d'elle, qui lui en préfère un autre, cependant qu'hors des murs, le pire se prépare...

César doit mourir Cesare Deve Morire

De Paolo Taviani

1h13min35

Théâtre de la prison de Rebibbia. La représentation de "Jules César" de Shakespeare s’achève sous les applaudissements. Les lumières s’éteignent sur les acteurs redevenus des détenus. Ils sont escortés et enfermés dans leur cellule.
Mais qui sont ces acteurs d’un jour ? Pour quelle faute ont-ils été condamnés et comment ont-ils vécu cette expérience de création artistique en commun ? Inquiétudes, jeu, espérances...
Le film suit l’élaboration de la pièce, depuis les essais et la découverte du texte, jusqu’à
la représentation finale.
De retour dans sa cellule, "Cassius", prisonnier depuis de nombreuses années, cherche du regard la caméra et nous dit : "Depuis que j’ai connu l’art, cette cellule est devenue une prison."

La Nuit de San Lorenzo La Notte di San Lorenzo

De Paolo Taviani

1h42min57

Une jeune femme se souvient de ces jours noirs ou la moitié du village avait fui les Allemands à la recherche d'alliés mysterieux dont l'arrivée se faisait attendre.

Rocco et ses frères Rocco e i suoi fratelli

De Luchino Visconti

2h49min41

Accompagnée de ses quatre fils, Simone, Rocco, Ciro et le petit Luca, une veuve quitte la Calabre, pauvre et ingrate, pour rejoindre l'aîné, Vincenzo, à Milan. Les Parondi se rendent tout d'abord chez les parents de Ginetta, la fiancée de Vincenzo, mais ceux-ci refusent de les accueillir. Rosaria et ses fils trouvent finalement refuge dans le sous-sol d'un logement bon marché. Rocco travaille comme livreur dans une blanchisserie et s'entraîne dans les salles de boxe, le soir, avec son frère Simone, lequel devient bientôt un espoir du ring. Ciro, de son côté, est employé dans les usines Alfa Romeo. Tandis que Vincenzo décide d'épouser Ginetta, Simone délaisse le noble art pour Nadia, une prostituée...

Divorce à l'italienne Divorzio all'Italiana

De Pietro Germi

1h40min30

Comment détourner la loi qui interdit le divorce quand on est amoureux d'une attrayante personne ? Après avoir poussé l'encombrante épouse à l'adultère, il ne reste plus qu'à venger son honneur.

Vous pourriez aimer aussi

Dans l’imaginaire collectif comme dans la réalité, l’art et l’Italie sont étroitement liés. Unique par sa richesse et sa diversité, l’art italien appartient à l’humanité tout entière qui vient y puiser à chaque époque beauté et invention.

Beauty

De Rino Stefano Tagliafierro

09min49

Regard sur les grandes émotions qui jalonnent la vie, l'amour et la sexualité à travers le prisme de la souffrance et de l'angoisse. Hommage à l'art et à la vie, et à leur beauté désarmante.

L'art italien - « Que sais-je ? » n° 3852

Feuillet Michel

88 pages.Dans l’imaginaire collectif comme dans la réalité, l’art et l’Italie sont étroitement liés. Unique par sa richesse et sa diversité, l’art italien appartient à l’humanité tout entière qui vient y puiser à chaque époque beauté et invention. Mais le foisonnement des artistes, des peintures, des sculptures et des réalisations architecturales peut désemparer.Cet ouvrage met au jour les jeux de transmissions, de stratifications, de concurrences, de ruptures, voire de contradictions qui composent l’histoire de l’art italien. De grands maîtres en chefs-d’œuvre, depuis le Moyen Age jusqu’à nos jours, il articule les héritages, les influences, les croisements qui font la richesse de ce patrimoine exceptionnel. À lire également en Que sais-je ?...Histoire de l’art, Xavier Barral I AltetLes grandes dates de l’histoire de l’art, Françoise Leroy et Jean Rudel

Michel-Ange - Français

Müntz Eugène

235 pages.Michel-Ange (Michelangelo Buonarroti) (Caprese, 1475 – Rome, 1564)Michel-Ange, comme Léonard de Vinci, avait plusieurs cordes à son arc et était à la fois sculpteur, architecte, peintre et poète. Il porta à leur apothéose le mouvement musculaire et l'effort, équivalents plastiques de la passion, à ses yeux. Il façonna son dessin, le poussant jusqu'aux limites extrêmes des possibilités de son âme tourmentée. Il n'y a aucun paysage dans la peinture de Michel-Ange. Toutes les émotions, toutes les passions, toutes les pensées de l'humanité furent personnifiées dans les corps nus des hommes et des femmes. Il ne les conçut presque jamais dans l'immobilité ou le repos.Michel-Ange devint peintre pour exprimer à travers un matériau plus malléable ce qui animait sa nature titanesque, ce que son imagination de sculpteur voyait, mais que la sculpture lui refusait. Ainsi cet admirable sculpteur devint le réateur des décorations les plus lyriques et les plus épiques jamais vues dans l'histoire de la peinture : les fresques de la chapelle Sixtine au Vatican. La profusion des inventions disséminées sur cette vaste surface est merveilleuse. Ce sont en tout 343 personnages principaux qui sont représentés avec une variété d'expressions prodigieuse, plusieurs de taille colossale, à côté de figures plus secondaires introduites pour leur effet décoratif. Le créateur de ce vaste plan n'avait que trente-quatre ans lorsqu'il s'attela au projet.Michel-Ange nous oblige à élargir notre conception du beau. Pour les Grecs, le critère était la beauté physique, mais Michel-Ange, sauf dans quelques exceptions, comme sa peinture d'Adam sur le plafond de la chapelle Sixtine, et ses sculptures de la Pietà, ne prêtait que peu d'attention à la beauté. Bien que maîtrisant parfaitement l'anatomie et les lois de la composition, il osait les ignorer toutes deux, si nécessaire, afin de suivre son idée : exagérer les muscles de ses personnages, et même les placer dans des positions inappropriées au corps humain. Dans son ultime fresque, celle du Jugement dernier sur le mur de l'autel de la chapelle, il laissa se déverser le torrent de son âme. Qu'étaient les règles en comparaison d'une souffrance intérieure qui devait s'épancher ? C'est à juste titre que les Italiens de son temps parlaient de la terribilità de son style. Michel-Ange fut le premier à donner à la forme humaine la possibilité d'exprimer toute une variété d'émotions psychiques. Dans ses mains, elle devint un instrument duquel il jouait, comme un musicien sur son orgue, en tirant des thèmes et des harmonies d'une diversité infinie. Ses personnages transportent notre imagination bien au-delà de la signification personnelle des noms qui leur sont attachés.

Caravage - Français

Félix Witting

220 pages.Le Caravage (Michelangelo Merisi) (Caravaggio, 1571 – Porto Ercole, 1610)Après avoir séjourné à Milan durant son apprentissage, Michelangelo Merisi arriva à Rome en 1592. Là, il commença à peindre en faisant preuve de réalisme et de psychologie dans la représentation de ses modèles. Le Caravage était aussi versatile dans sa peinture que dans sa vie. Lorsqu'il répondait à de prestigieuses commandes de l'Eglise, son style dramatique et son réalisme étaient considérés comme inacceptables. Le clair-obscur existait bien avant que le Caravage n'arrive sur scène, mais ce fut lui qui établit définitivement cette technique, obscurcissant les ombres et rivant son sujet à la toile par un rayon de lumière aveuglant. Son influence fut immense, et se propagea d'abord grâce à ses disciples plus ou moins directs. Célèbre de son vivant, le Caravage exerça une immense influence sur l'art baroque. Les écoles génoise et napolitaine s'inspirèrent de son style, et le grand développement de la peinture espagnole au XVIIe siècle était en liaison directe avec ces écoles. Dans les générations ultérieures, les peintres les plus doués oscillèrent toujours entre la vision du Caravage et celle de Carracci.

Modigliani - Français

Victoria Charles

65 pages.Amedeo Modigliani(Livourne, 1884 – Paris, 1920)Amedeo Modigliani naquit en Italie en 1884 et mourut à Paris à l’âge de trente-cinq ans. Très tôt il s’intéressa à l’étude du nu et à la notion classique de la beauté idéale.En 1900-1901 il visita Naples, Capri, Amalfi et Rome, puis Florence et Venise, et étudia tout d’abord des chefs-d’oeuvre de la Renaissance. Il fut impressionné par les artistes du Trecento (XIVe siècle), parmi lesquels Simone Martini (vers 1284-1344), dont les silhouettes longues et serpentines, représentées avec une grande délicatesse de composition et de couleur et imprégnées d’une tendre tristesse, annonçaient lasinuosité et la luminosité manifestes dans l’oeuvre de Sandro Botticelli (vers 1445-1510). Ces deux artistes influencèrent clairement Modigliani, qui utilisa la pose de la Vénus de Botticelli dans La Naissance de Vénus pour son Nu debout (Vénus) (1917) et sa Femme rousse en chemise (1918), ainsi qu’une inversion de cette pose dans son Nu assis au collier (1917). A la dette de Modigliani à l’art du passé (silhouettes desCyclades de la Grèce antique principalement) fut ajoutée l’influence de l’art d’autres cultures (africaines par exemple) et du cubisme. Les cercles et courbes équilibrés, bien que voluptueux, y sont soigneusement tracés et non naturalistes. On les retrouve dans l’ondulation des lignes et la géométrie des nus de Modigliani, tels le Nu Allongé. Les dessins des Caryatides lui permirent d’explorer le potentiel ornemental de poses qu’il eut été incapable de traduire en sculpture. Pour ses séries de nus, Modigliani emprunta les compositions de nombreux nus célèbres du grand art, dont ceux de Giorgione (vers 1477-1510), Titien (vers 1488-1576), Ingres (1780-1867), et Velázquez (1599-1660), en faisant abstraction toutefois de leur romantisme et de la lourdeur du décor.Modigliani appréciait également l’oeuvre de Goya (1746-1828) et d’Edouard Manet (1832-1883), qui avaient fait scandale en peignant des femmes de la vie réelle nues, rompant ainsi les conventions artistiques voulant que les nus soient placés dans des cadres mythologiques, allégoriques ou historiques.

Les plus belles œuvres de Véronèse

Collectif

17 pages.« Ce merveilleux coloriste n’emploie ni rouges, ni bleus, ni verts, ni jaunes vifs. Ses tons, qui, pris à part, seraient gris ou neutres, acquièrent par la juxtaposition une puissance et un éclat surprenants. » Théophile Gautier

Canaletto - Français

Uzanne Octave

209 pages.Canaletto (Giovanni Antonio Canal) (Venise, 1697 – 1768) Comme son père, il commença sa carrière comme peintre de décors de théâtre. Influencé par Giovanni Panini, il se spécialisa dans les vedute (vues) de Venise, sa ville natale. Les violents contrastes entre ombre et lumière sont typiques de cet artiste. Et, si certaines de ses vues sont d'un intérêt purement topographique, certaines décrivent des sujets festifs ou solennels. Il publia aussi, grâce à John Smith, son agent, une série de gravures de cappricci. Il trouvait ses principaux acheteurs dans l'aristocratie britannique car ses vues leur rappelaient leur Grand Tour. Dans ses peintures, la perspective géométrique et les couleurs ont une fonction structurante. Canaletto passa dix ans en Angleterre. John Smith vendit des oeuvres de Canaletto à George III, créant ainsi la collection royale de Canaletto. Ses plus grandes oeuvres influencèrent la peinture de paysage du XIXe siècle.

Arcimboldo - Français

Liana De Girolami Cheney

190 pages.Si, selon l’expression connue, vous êtes ce que vous mangez, alors Giuseppe Arcimboldo (1527-1593) fut le peintre parfait de l’âme humaine. Cet artiste était un dessinateur de talent. Dans cet ouvrage fascinant, Liana de Girolami Cheney se penche sur la critique historique du travail d’Arcimboldo, à partir des débuts de son succès et de l’obscurité tragique qui entoure sa mort, jusqu’à la redécouverte de son travail, en particulier par les surréalistes des années 1920.

Léonard de Vinci - Français

Jp. A. Calosse

61 pages.Léonard de Vinci (Vinci, 1452 – Le Clos-Lucé, 1519)Léonard passa la première partie de sa vie à Florence, la seconde à Milan et ses trois dernières années en France. Le professeur de Léonard fut Verrocchio, d'abord orfèvre, puis peintre et sculpteur. En tant que peintre, Verrocchio était représentatif de la très scientifique école de dessin ; plus célèbre comme sculpteur, il créa la statue de Colleoni à Venise. Léonard de Vinci était un homme extrêmement attirant physiquement, doté de manières charmantes, d'agréable conversation et de grandes capacités intellectuelles. Il était très versé dans les sciences et les mathématiques, et possédait aussi un vrai talent de musicien. Sa maîtrise du dessin était extraordinaire, manifeste dans ses nombreux dessins, comme dans ses peintures relativement rares. L'adresse de ses mains était au service de la plus minutieuse observation, et de l'exploration analytique du caractère et de la structure de la forme. Léonard fut le premierdes grands hommes à désirer créer dans un tableau une sorte d'unité mystique issue de la fusion entre la matière et l'esprit. Maintenant que les Primitifs avaient conclu leurs expériences, poursuivies sans relâche deux siècles durant, il pouvait prononcer les mots qui serviraient de sésame à tous les artistes du futur dignes de ce nom : peindre est un acte intellectuel, une cosa mentale. Il enrichit le dessin florentin en intensifiant la perspective de champ par un modelage de l'ombre et de la lumière que ses prédécesseurs n'avaient utilisé que pour donner une plus grande précision aux contours. Cette technique est appelée sfumato. Cette merveilleuse maîtrise du dessin, ce modelé et ce clair-obscur, il les utilisa non seulement pour peindre l'aspect extérieur du corps, mais aussi, comme personne avant lui, pour explorer une part du mystère de sa vie intérieure. Dans sa Mona Lisa, sa Sainte Anne et ses autres chefs-d'oeuvre, il ne se contente pas d'utiliser le paysage comme un ornement plus ou moins pittoresque, mais bien comme une sorte d'écho de cette vie intérieure, un élément constitutif de cette harmonie parfaite. Se fiant aux lois toujours assez récentes de la perspective, ce docteur en sagesse académique, qui, à cette même époque, posait les bases de la pensée moderne, substitua à la manière discursive des Primitifs le principe de concentration qui est le fondement de l'art classique. Le tableau ne nous est plus présenté comme un agrégat presque fortuit de détails et d'épisodes. C'est un organisme dont tous les éléments, lignes et couleurs, ombres et lumières, composent un subtil entrelacs convergeant vers un noyau spirituel, voire sensuel. Dans Mona Lisa, Léonard de Vinci dépeignit la quintessence de l'univers et de la femme, éternelle idée de l'homme et symbole de la beauté parfaite auquel il aspire. La nature est évoquée ici par un magicien dans tout son mystère et sa puissance. Derrière le charmant visage, calme, derrière le front, juvénile et pourtant méditatif, pparaissent des montagnes, des glaciers, de l'eau et des rochers. Dans cette très petite portion de surface peinte, se dévoile une vaste révélation, à côté de l'éternel féminin, de notre planète, notre mère la Terre. Léonard de Vinci ne se préoccupait pas de l'aspect extérieur des objets, mais bien de leur signification intérieure et spirituelle.

Michel-Ange - Français

Müntz Eugène

235 pages.Michel-Ange (Michelangelo Buonarroti) (Caprese, 1475 – Rome, 1564)Michel-Ange, comme Léonard de Vinci, avait plusieurs cordes à son arc et était à la fois sculpteur, architecte, peintre et poète. Il porta à leur apothéose le mouvement musculaire et l'effort, équivalents plastiques de la passion, à ses yeux. Il façonna son dessin, le poussant jusqu'aux limites extrêmes des possibilités de son âme tourmentée. Il n'y a aucun paysage dans la peinture de Michel-Ange. Toutes les émotions, toutes les passions, toutes les pensées de l'humanité furent personnifiées dans les corps nus des hommes et des femmes. Il ne les conçut presque jamais dans l'immobilité ou le repos.Michel-Ange devint peintre pour exprimer à travers un matériau plus malléable ce qui animait sa nature titanesque, ce que son imagination de sculpteur voyait, mais que la sculpture lui refusait. Ainsi cet admirable sculpteur devint le réateur des décorations les plus lyriques et les plus épiques jamais vues dans l'histoire de la peinture : les fresques de la chapelle Sixtine au Vatican. La profusion des inventions disséminées sur cette vaste surface est merveilleuse. Ce sont en tout 343 personnages principaux qui sont représentés avec une variété d'expressions prodigieuse, plusieurs de taille colossale, à côté de figures plus secondaires introduites pour leur effet décoratif. Le créateur de ce vaste plan n'avait que trente-quatre ans lorsqu'il s'attela au projet.Michel-Ange nous oblige à élargir notre conception du beau. Pour les Grecs, le critère était la beauté physique, mais Michel-Ange, sauf dans quelques exceptions, comme sa peinture d'Adam sur le plafond de la chapelle Sixtine, et ses sculptures de la Pietà, ne prêtait que peu d'attention à la beauté. Bien que maîtrisant parfaitement l'anatomie et les lois de la composition, il osait les ignorer toutes deux, si nécessaire, afin de suivre son idée : exagérer les muscles de ses personnages, et même les placer dans des positions inappropriées au corps humain. Dans son ultime fresque, celle du Jugement dernier sur le mur de l'autel de la chapelle, il laissa se déverser le torrent de son âme. Qu'étaient les règles en comparaison d'une souffrance intérieure qui devait s'épancher ? C'est à juste titre que les Italiens de son temps parlaient de la terribilità de son style. Michel-Ange fut le premier à donner à la forme humaine la possibilité d'exprimer toute une variété d'émotions psychiques. Dans ses mains, elle devint un instrument duquel il jouait, comme un musicien sur son orgue, en tirant des thèmes et des harmonies d'une diversité infinie. Ses personnages transportent notre imagination bien au-delà de la signification personnelle des noms qui leur sont attachés.

Raphaël - Français

Müntz Eugène

190 pages.Raphaël (Raffaello Sanzio)(Urbino, 1483 – Rome, 1520)Raphaël est l'artiste moderne qui ressemble le plus à Phidias. Les Grecs eux-mêmes disaient que ce dernier n'avait rien inventé, mais qu'il avait porté toutes les formes d'art créées par ses prédécesseurs à un tel degré de perfection, qu'il atteignit l'harmonie pure et parfaite. Cette expression «harmonie pure et parfaite » exprime, en réalité, mieux que toute autre ce que Raphaël apporta à l'art italien. Au Pérugin, il emprunta les grâces plutôt fragiles et la douce limpidité de l'école ombrienne qui s'éteignit avec lui. Á Florence, il acquit force et assurance, et fonda un style basé sur la synthèse des enseignements de Léonard et de Michel-Ange, éclairée par la lumière de son propre et noble esprit. Ses compositions sur le thème traditionnel de la Vierge et de l'Enfant semblaient extrêmement novatrices à ses contemporains, et seule leur gloire consacrée nous empêche aujourd'hui de percevoir leur originalité. Nul avant lui n'avait traité ce sujet sacré avec la poésie d'une idylle familière, avec un tel air d'éternelle jeunesse, cette douce limpidité, n'excluant ni l'amplitude ni la majesté de la conception. Il mérite, à nos yeux, plus de considération encore, pour la composition et la réalisation des fresques avec lesquelles, dès 1509, il orna les Stanze et les Loggie du Vatican. Le sublime, auquel Michel-Ange parvint par son ardeur et sa passion, Raphaël l'atteignit par un équilibre souverain entre intelligence et sensibilité. L'un de ses chefs-d'œuvre, L'Ecole d'Athènes, est un monde autonome créé par un génie ; jamais ne faiblira notre admiration pour les innombrables détails, les portraits de visages inégalés même par les plus grands peintres du genre, la souplesse du geste, l'aisance de la composition, la vie qui circule partout grâce à la lumière, tout cela magnifié par l'attrait tout-puissant de la pensée.

Les Préraphaélites - Français

Robert de la Sizeranne

191 pages.À l’époque victorienne, l’angleterre, balayée par la révolution industrielle, la confrérie préraphaélite, William morris et le mouvement Arts and Crafts, aspirait à un retour aux valeurs passées. souhaitant faire renaître les formes pures et nobles de la renaissance italienne, les peintres du groupe tels que John everett millais, dante gabriel rossetti et edward burne-Jones, favorisèrent le réalisme et les thèmes bibliques. ce titre de par son texte et ses riches illustrations décrit avec enthousiasme ce mouvement singulier qui inspira par la suite l’art nouveau et le symbolisme.

Les Primitifs Italien - Français

Joseph Archer Crowe

233 pages.Oscillant entre la majesté artificielle des icônes byzantines et la profondeur naturaliste initiée par Giotto, l’art des primitifs italiens incarne les premiers pas vers l’art de la Renaissance.S’essayant à d’autres supports, ces premiers artistes délaissèrent peu à peu la fresque pour les panneaux de bois amovibles. Si le hiératisme des visages peut choquer nos yeux néophytes, à l’époque, cette distanciation soulignait la divinité des personnages représentés. Cette sacralité était renforcée par les fonds illuminés à la feuille d’or. L’élégance de la ligne et le choix des couleurs les plus denses concouraient également à rendre perceptible l'invisible.Ce livre s’attache à souligner l’importance capitale que joua l’humanisation du sacré, ouvrant une porte discrète mais définitive vers l’humanisme cher à la Renaissance.

Sandro Botticelli - Français

Victoria Charles

55 pages.Sandro Botticelli (Alessandro di Mariano Filipepi) (Florence, 1445 – 1510)Botticelli était le fils d'un citoyen jouissant d'une situation confortable, et avait été «instruit dans toutes les choses que les enfants doivent habituellement savoir avant de choisir une vocation ». Mais il refusa de consacrer son attention à la lecture, l'écriture et le calcul, poursuit Vasari, de sorte que son père, désespérant de le voir un jour à l'école, le plaça en apprentissage auprès de l'orfèvre Botticello, d'où le nom qui est passé à la postérité. Mais Sandro, jeune garçon à l'air entêté, doté de grands yeux calmes et scrutateurs et d'une tignasse blonde – il s'est représenté lui-même sur le côté gauche de L'Adoration des Mages – voulait bien devenir peintre, et il fut donc placé auprès du moine carmélite Fra Filippo Lippi.Comme de nombreux artistes de son temps, satisfait de la joie que lui procurait la peinture, il se tourna vers l'étude de la beauté et du caractère de l'homme, plutôt que vers les thèmes religieux. Ainsi, Sandro fit des progrès rapides, aimant son professeur et, plus tard, le fils de celui-ci, Filippino Lippi, auquel il apprit à peindre. Mais le réalisme du maître le toucha à peine, car Sandro était un rêveur et un poète.Botticelli n'est pas un peintre de faits, mais d'idées ; ses tableaux ne sont pas tant des représentations d'objets que des agencements de motifs et de formes. Ses couleurs ne sont pas riches et proches de la vie, mais subordonnées à la forme, et elles sont souvent des nuances plus que de vraies couleurs. En réalité, il s'intéresse aux possibilités abstraites de son art, et ses personnages n'occupent pas de place bien définie dans l'espace : ils n'attirent pas notre oeil par leur volume, mais suggèrent plutôt un motif ornemental plat. De même, les lignes qui entourent les personnages sont choisies pour leur fonction première, décorative.On a dit que Botticelli, «bien qu'étant un piètre anatomiste, était l'un des plus grands dessinateurs de la Renaissance ». Comme exemple d'anatomie erronée, nous pouvons citer la manière improbable dont la tête de la Madone est reliée à son cou, ou encore toutes les articulations approximatives et les membres difformes que l'on trouve dans les tableaux de Botticelli. Pourtant, son talent de dessinateur fut reconnu, car il donna à la «ligne » non seulement une beauté intrinsèque, mais également un sens. Autrement dit, en langage mathématique, il réduisit le mouvement de la figure à la somme de ses facteurs élémentaires, à ses plus simples formes d'expression. Il combina ensuite ces diverses formesen une figure qui, à travers ses lignes rythmiques et harmoniques, projette sur notre imagination les sentiments poétiques qui animaient l'artiste lui-même. Ce pouvoir de faire compter chaque ligne, à la fois par son sens et par sa beauté, distingue les grands maîtres du dessin de la grande majorité des artistes, utilisant la ligne avant tout comme un outil nécessaire à la représentation des objets concrets.

Les plus belles œuvres de Titien

Collectif

15 pages.« Le Titien alliait la grandeur et le côté terrible de Michel-Ange à la grâce et élégance de Raphaël et aux couleurs propres à la nature. » Ludovico Dolde

Les plus belles œuvres de Fra Angelico

Collectif

12 pages.« Il avait l'habitude de laisser ses peintures sans les retoucher ni les rajuster, préférant respecter ce qu'il avait peint du premier coup, disant que Dieu l'avait voulu ainsi. » Giorgio Vasari

Informations utiles pour découvrir l'Italie

Informations utiles pour préparer votre voyage en Italie

Italie 2017-2018 Petit Futé

Dominique Auzias

2032 pages.Des Alpes jusqu'à la Toscane, des canaux vénitiens jusqu'aux Dolomites, l'Italie est une véritable terre bouillonnante qui se présente avant tout comme un mode de vie : tout, ici, s'articule autour de l'art et de l'architecture, bien sûr, mais aussi du farniente, du football, de la religion, de la mer, de la gestuelle ou encore du caractère latin et même… des gelati (les fameuses glaces) ! A travers les plus grandes villes italiennes telles Turin, Milan, Florence, Venise, c'est une incroyable palette picturale que vous allez découvrir, agrémentée ça et là d'un zest de parfum méditerranéen et de saveurs locales !

Italie du Nord 2017 Petit Futé

Dominique Auzias

1575 pages.Il y a toujours une raison de choisir l'Italie du Nord, toujours un bonheur à y trouver. Sa diversité-même en fait une destination de prédilection pour des voyageurs aussi différents que ses ressources. Mais quel lien peut-on trouver entre les monts argentés des Dolomites et les plages ligures, les flèches acérées du duomo de Milan et la rondeur colorée du baptistère de Florence, le roboratif risotto vénète et les antispasti turinois ? Peut-être une même douceur de vivre. L'Italie du Nord est comme le décor changeant d'un film d'art. Si proche qu'on croit bien la connaître, l'Italie du Nord est plus complexe, et mérite plus qu'un détour, en laissant idées reçues à la maison. Alliant traditions millénaires, comme le Palio, à une modernité éclatante, sous le patronage des icônes du passé (ici Leonardo, là Dante) et des stars du présents (de Del Piero à Armani), le voyage en Italie du Nord se prête aux chemins de traverse et aux découvertes inattendues. Le guide Petit Futé Italie du Nord, qui ne fait pas l'impasse sur les merveilles déjà révélées (Venise, Florence) vous propose de découvrir les richesses cachées d'une Italie spectaculaire et envoûtante.

Rome 2016 Petit Futé (avec cartes, photos + avis des lecteurs)

Dominique Auzias

688 pages. Rome 2016 Petit Futé (avec cartes, photos + avis des lecteurs) Rome est un musée à ciel ouvert, une merveille architecturale réunissant dans une unité urbanistique détonante trois périodes phares : la Rome Antique, la Rome des Papes et la Rome Moderne comme en témoignent ces monuments aussi différents que le Colisée, la Chapelle Sixtine ou bien encore le monument Victor Emmanuel II. Ville des affaires, de la mode et de la gastronomie, Rome est résolument tournée vers l'avenir. Dans cette ville où il fait bon vivre, la vie nocturne est trépidante. Voyage organisé au millimètre ou voyage improvisé au gré des envies, Rome se laisse volontiers découvrir...

Florence 2016 Petit Futé (avec cartes, photos + avis des lecteurs)

Dominique Auzias

897 pages. Florence 2016 Petit Futé (avec cartes, photos + avis des lecteurs) Au hasard de sa visite, le voyageur est parfois saisi de l'étrange « syndrome de Stendhal » : une décompensation psychique de l'esprit qui bouleverse tant. Florence regorge de beautés. Parmi les plus spectaculaires, la Galerie des Offices est l'un des plus beaux musées du monde qui regroupe une collection d'oeuvres de la Renaissance à couper le souffle. La visite des églises est presque obligatoire, même les plus petites regorgent de trésors somptueux. Malgré l'afflux de touristes, la ville est très agréable à parcourir. Terre d'histoire et d'art, Florence est un lieu romantique, incontournable lors d'un voyage en Italie.

Venise 2017 Petit Futé

Dominique Auzias

770 pages.Un musée à ciel ouvert. Comment mieux résumer Venise, sinon par sa place Saint-Marc, ses canaux, ses palais ? Autant d'images qui se bousculent à la simple évocation de cette destination. Mais à l'instar de ses courtisanes qui ont fait le renom de son carnaval, Venise a une face cachée... sous le masque. Une maison de maître blottie dans une ruelle sombre, une peinture Renaissance perdue dans une Eglise sans prétention, un concert aux chandelles en hommage à Vivaldi. Découvrez tous ces mystères qui font le charme de Venise dans cette toute nouvelle édition consacrée à la Cité des Doges.

Naples et Côte Amalfitaine 2015 (avec cartes, photos + avis des lecteurs)

Dominique Auzias

678 pages. Naples et Côte Amalfitaine 2015 (avec cartes, photos + avis des lecteurs) La troisième ville d'Italie a mauvaise presse dans son pays, et son passé est sulfureux comme les terres volcaniques qui l'entourent. « Outsider », « ville à part » : les appellations sont nombreuses mais dépeignent une même réalité : Naples est une insoumise. La ville est en perpétuel mouvement, et tout le décor semble être pris par cet élan indomptable. Les Grecs, les Normands, mais aussi les Espagnols et les Bourbons y ont laissé des traces : la présence de châteaux, palais, et autres églises démontrent que la cité bouillonne d'un passé culturellement chargé. Veni mais pas vinci, ces peuples ont forgé Neopolis, littéralement « ville nouvelle ». Ce n'est donc pas un hasard si le vieux centre a été classé au patrimoine mondial par l'Unesco en 1995. Et les sites historiques comme Pompéi et Herculanum viennent rappeler le carrefour constitué autrefois par la cité napolitaine. Bienvenue non pas dans une ville-musée mais dans un théâtre à ciel ouvert !

Italie du Sud (avec cartes, photos + avis des lecteurs)

Jean-Paul Labourdette

311 pages. ITALIE DU SUD (avec cartes, photos + avis des lecteurs) Destinés à tous les voyageurs qui partent en courts séjours et recherchent un guide complet au meilleur prix. Richement illustrés, ils proposent surtout des informations culturelles et de découverte : l'essentiel et plus ! Il est le compagnon idéal pour comprendre le pays et profiter au mieux de son séjour. Vous y retrouverez toutes les bonnes adresses et tous les bons plans pour optimiser votre séjour. Idéal pour le voyageur indépendant mais aussi le voyageur en groupe qui souhaitera s'échapper de son « resort ».

Histoire politique de l'Italie depuis 1945

Encyclopaedia Universalis

72 pages.Après plus de quarante ans de grande stabilité politique, l'Italie est entrée, depuis la fin des années 1980, dans une ère de bouleversements sans équivalent en Europe. Sous la pression des événements internationaux et de ses propres déficiences, c'est en effet tout le modèle économique et …

Histoire de l'Italie

Encyclopaedia Universalis

72 pages.Péninsule méditerranéenne, fortement ancrée au monde alpin, l'Italie est un pont naturel entre l'Orient et l'Occident, et participe au destin de ces deux mondes. Seule région occidentale vraiment marquée par les civilisations méditerranéennes antiques, elle a continué au haut Moyen Âge à transmettre à ses voisins les impulsions venues d'Orient...

Histoire de Venise - « Que sais-je ? » n° 522

Christian Bec

102 pages.Parmi toutes les cités du monde, Venise peut se vanter avec raison d’avoir la plus extraordinaire des biographies. Depuis son origine, vraisemblablement à l’époque romaine, et jusqu’à son intégration à l’Italie en 1866, elle a connu les invasions barbares aux VIe et VIIe siècles de notre ère, la pression des Francs puis celle des Turcs, elle est tombée en 1797 entre les mains de Bonaparte qui l’a cédée à l’empire d’Autriche... tout en ne cessant de connaître un fort développement économique grâce à son commerce maritime. Aujourd’hui, ce chef-d’œuvre architectural est confronté aux menaces de la submersion, de la pollution et d’une forte chute démographique. Où se situe l’avenir de cette ville exceptionnelle ?À lire égalementL'art italien, Michel FeuilletLa littérature italienne, Christian Bec et François Livi

Italie

Marie-Laure Tombini

104 pages. 90 recettes ensoleillées et gourmandes, de l'antipasti au dessert. Risotto, pâtes, lasagnes, gnocchis, osso buco, amaretti, tiramisu...Toute l'Italie dans votre assiette !

Italien - Guide de conversation

Jean-Pierre Guglielmi

160 pages.Attention, livre numérique hautement enrichi ! Rome, Florence ou Turin ? Avec plus de 2 heures de conversation audio, le créateur de la célèbre méthode Assimil a conçu pour vous le compagnon moderne et indispensable de votre week-end ou séjour en Italie. °Plus de 2h d’audio °Initiation à la langue : 21 leçons d’italien °Les phrases et les mots indispensables °Toute la prononciation °Toutes les situations du voyage